Indice de digitalisation : le gouvernorat de Tunis en première place

Indice de digitalisation : le gouvernorat de Tunis en première place

En termes de digitalisation des entreprises privées tunisiennes et des consommateurs, le gouvernorat de Tunis occupe la première place, selon la 3e édition de l’indice de digitalisation publié récemment par l’Institut arabe des chefs d’entreprises (IACE), en collaboration avec l’opérateur téléphonique Tunisie Télécom.

L’indice de digitalisation des consommateurs des gouvernorats de Tunis et de Ben Arous s’est établi à 5,6 points et des entreprises privées s’est établi à 7,3 points, contre 2,1 points pour le gouvernorat de Mahdia et de Kasserine.

Le gouvernorat de l’Ariana s’est placé deuxième en termes d’indice de digitalisation du consommateur, avec 5,5 points et 6,3points pour ce qui est de la digitalisation des entreprises privées.

Le gouvernorat de Bizerte obtient le score de 5,4 points en termes d’indice du consommateur, suivis par les gouvernorats de Médenine (5,3points), et ceux de Ben Arous et de Kairouan (5,2 points).

Les gouvernorats de Béja, Gafsa et de Nabeul occupent la troisième en matière d’indice de digitalisation des entreprises avec 6,1 points.

L’IACE et Tunisie Télécom ont procédé à la réalisation de deux enquêtes sur terrain, dans tous les gouvernorats comportant ces deux sous indices ; à savoir l’indice de digitalisation des consommateurs et l’indice de digitalisation des entreprises.

L’enquête auprès des entreprises, qui a permis de calculer l’indice de digitalisation « Business », a concerné 400 entreprises privées tunisiennes de différents secteurs, réparties sur tout le territoire Tunisien.

Par ailleurs, l’autre enquête auprès des consommateurs qui a permis de mesurer l’indice de digitalisation « Consumer », a touché plus de 1000 individus qui appartiennent à des groupes d’âge distincts et à plusieurs catégories socioprofessionnelles.

Le calcul de cet indice couvre 47 données dont 33 qui sont liées à l’indice des consommateurs et 14 à celui des entreprises.

Elles concernent des piliers relatifs principalement à la complexité des systèmes, des logiciels, aux problèmes de connexion, de connectivité, au E-commerce, aux outils informatiques traditionnels et sophistiqués, aux technologies émergentes et avancées, à l’ouverture du marché de la téléphonie mobile et de l’internet ...

Les tags